Le petit Münsterländer : histoire d’un chien d’arrêt ultra-polyvalent

Le petit Münsterländer : histoire d’un chien d’arrêt ultra-polyvalent

Le petit épagneul de Münster, le petit Münsterländer ou Münsterländer est un chien d’arrêt originaire de Westphalie, en Allemagne.

Le petit épagneul de Münster est un chien avec une longue histoire, vu que des documents du 13ème et du 14ème siècle mentionnent déjà son existence, aussi bien en France qu’en Allemagne. Il servait aussi bien à la chasse qu’à monter la garde ou surveiller les troupeaux.

L’industrialisation de l’Europe et le recul de la chasse en tant que profession conduisent toutefois à voir le petit épagneul de Münster disparaître peu à peu des campagnes allemandes. Relégué à simple aide de ferme, le petit Münsterländer se trouve privé de sa raison de vivre : la chasse.

A la fin du 19ème, la chasse attire un nouveau public. Jusqu’alors principalement destinée à pourvoir aux besoins alimentaires, elle devient un alimentaire. En parallèle, des élevages de gibier apparaissent un peu partout pour répondre à ce qui devient une passion pour bon nombre d’Européens, citadins ou ruraux. Et qui dit gibier, dit chien ! C’est alors que le petit épagneul de Münster sort des oubliettes de l’histoire canine.

En 1906, un poète allemand du nom d’Hermann Löns passe une annonce dans un journal régional : il recherche des braques d’Hanovre. On lui présente alors un chien qui n’a absolument rien à voir avec ce chien de sang réputé. Des fermiers de Basse-Saxe lui montrent un chien relativement petit, vif et excellent chasseur. Hermann et ses frères décident de nommer ce chien Heidewachtel (« chien aux cailles »), le futur petit épagneul de Münster.

Edmund, un des frères d’Hermann le poète, est forestier. Très vite épris du chien qu’il appelle « Heidewachtel », il décide d’en faire un élevage. Par chance, il s’entoure d’éleveurs ayant déjà des souches très pures de ce chien d’arrêt extrêmement polyvalent.

Edmund Löns est quelqu’un d’exigeant. Très sélectif, il impose des critères rigoureux pour définir la race de ses Heidewachtel. Mais il est tout aussi intransigeant sur le nom. Plusieurs clubs regroupant des éleveurs de chiens de cette race voient le jour. Finalement, Edmund Löns perd la bataille du nom. Le nom Heidewachtel tombe dans l’oubli tandis que le petit épagneul de Münster s’impose.

De nos jours, le petit Münsterländer est un des chiens de chasse les plus prisés en Europe. Son intelligence, son caractère doux et amical, sa ténacité et ses incroyables capacités à arrêter et ramener le gibier en font un partenaire de chasse et un auxiliaire de vie hors du commun. En France, il est le troisième chien d’arrêt en termes d’effectif, derrière les indétrônables épagneuls bretons et setters anglais.